Édito : pourquoi le Sou s’oppose au passe sanitaire

Pour dire
« Oui à la liberté vaccinale. Non au passe sanitaire ! »,
rendez-vous :

Samedi 24 juillet, 14h
Théâtre, rue de la Paix, Laval

Plus d’infos sur mayennelibre.fr >>
ou sur la page FB de l’événement >>

(si vous souhaitez contacter des membres actifs du Sou, avant ou sur place : 06 89 26 37 49)

Pourquoi ce positionnement de l’association ?

Comment prétendre défendre une économie plus juste, équitable, respectueuse des libertés de chaque personne, comme nous le faisons depuis 2012, sans nous insurger contre le passe sanitaire et agir pour la liberté fondamentale de disposer de nos corps ?

C’est depuis 2008, voire plus, que certains d’entre nous analysons et décryptons la situation économique du pays et au-delà. En cherchant des solutions alternatives viables et durables, comme la monnaie libre Ğ1, nous avançons à grands pas et cela sans rien attendre des puissants de ce monde. Depuis lors, nous avons dénoncé dans nos interventions, nos stands et conférences (vous en êtes les témoins) la prise de contrôle des financiers, progressive mais efficace, à l’échelle mondiale. Nous avons dénoncé la concentration des pouvoirs, vers la seule haute sphère financière, désormais au-dessus des politiques (dont elle finance les campagnes), des médias (qu’elle possède), des grandes entreprises (dont elle est actionnaire) et des pays (par la dette dont elle est le créancier) :  la Grèce, et maintenant le Liban en font les frais (après les pays du « Tiers-Monde » qui ont servi de terrain d’essai pendant des décennies). Et les laboratoires pharmaceutiques, à qui appartiennent-ils, finalement ? N’obéissent-ils pas, d’abord, à l’appétit et à la logique de leurs actionnaires majoritaires ? Ces mêmes financiers, sans aucun scrupule…

Quelle n’a pas été notre surprise, en constatant que ces même acteurs mondiaux, ces grands financiers et leurs marionnettes politiques (jetables) ou pseudo-scientifiques, prêchent tous ensemble la même « bonne parole » :

  • La préparation à une crise économique majeure, facilitant un remaniement global de l’organisation de nos sociétés (dixit le « Great Reset » promu par les membres du Forum Économique Mondial de Davos);
  • La volonté quasi-sectaire d’imposer une (soi disant)vaccination au monde entier. Car oui, vous l’avez entendu de la bouche de notre président : « il s’agit bien de vacciner le monde entier » ! Y compris nos enfants ! Sinon pourquoi, l’UE aurait-elle déjà acheté 1 milliard de doses, pour seulement 300 millions d’Esuropéen ?

Pour nous, ce sont bien là des deux faces de la même pièce (de monnaie non libre) :
• une crise mondiale, afin de rebattre les cartes plus simplement,
• le contrôle social en généralisant le passe sanitaire via la vaccination obligatoire.

Dans nos conférences sur la monnaie, beaucoup d’entre vous nous ont interpellés en disant « Mais le système financier va bien finir par s’effondrer, non ? Et après on fera mieux… » Ce à quoi nous répondions : « Ne croyez pas que l’élite financière reste les bras croisés. Ces gens savent depuis 2008 qu’une crise majeure va fatalement arriver, alors ils s’y préparent : ils anticipent et agissent, eux, pour conserver encore leur privilèges. »
Mettez-vous à leur place : vous avez un pouvoir financier quasi-illimité, alors n’est-ce pas logique de vouloir le conserver ? De le transmettre ensuite à vos enfants ?

Vous le saviez ou pas, « nous sommes en guerre » : la guerre des élites mondialistes contre nous, le petit peuple. A chaque guerre, ses nouvelles armes, ses nouvelles technologies… Jusqu’où sont-ils prêts à aller pour conserver leur tour d’ivoire ? Nul ne saurait le dire. Leur imagination et leur capacité d’innovation ne connaissent pas de limite. Une grande peur organisée, un effondrement provoqué, pour justifier et faire accepter des restrictions de libertés… au nom d’un ennemi idéal, qui ne se voit pas, qui est éternel : un virus.

Nul ne saurait dire leurs limites, donc. En revanche, nous pouvons, en manifestant ensemble, injectés ou non, dire notre limite, à nous : nos enfants. Nos corps et nos enfants. Cela, non, ils n’y toucheront pas !

Notre esprit, le vôtre aussi j’espère, il ne peuvent l’avoir : il est déjà libre. Il le restera.
La mort a perdu. La Vérité et la Vie auront le dernier mot.

Librement,

Benoit LAVENIER,
Époux et père de famille,
Co-fondateur du Sou Mayennais, Co-fondateur du collectif Mayenne Libre !
Ingénieur diplômé de l’ESEO d’Angers, Chef de l’entreprise E-IS.pro à Martigné-sur-Mayenne

Laisser un commentaire