Grâce à Mireille & Lionel, la monnaie libre arrive à Méral !

Méral est un bourg d’un millier d’habitants, dans le sud-ouest de la Mayenne, dans le Pays de Craon. Une brasserie artisanale y fabrique la Bière de l’Oudon, du nom du bel affluent de la Mayenne qui traverse Méral, Craon, Segré, etc.

Mireille, originaire de région Parisienne, vit à Méral depuis 4 ans.

« Je me suis inscrite lors de l’atelier à Craon ; j’ai participé aux RML11 à Douarnenez, je me suis sentie très bien accueillie, j’ai fait des connaissances, on a été hébergés gratuitement par des inconnus et on reste en contact.

selfie collectif en balade à la ferme des Plomarc’h. Derrière Mireille & Lionel, à gauche : en bas Marie-Agnès grâce à qui ils sont venus aux RML, en haut l’hébergeur.

J’ai vite obtenu les certifications qui me manquaient et j’ai été très touchée par les petits dons de bienvenue. Devenue membre, j’ai aussitôt certifié mon conjoint Lionel.

On s’est proposés pour donner des coups de main aux prochaines RML, moi à la cuisine, Lionel à la logisttique ou autre.

On regarde les événements programmé, on est allés à l’apéro-monnaie à Flers. On consulte aussi Ğchange et on fait des échanges (Lionel répare, j’ai acheté des moufles, je vais proposer de la cuisine…). Je suis intéressée par des soins à Port-Brillet, par la formation aux Fleurs de Bach… C’est plus accessible si on peut payer au moins en partie en Ğ1.

Lionel : on a été chaleureusement accueillis à l’improviste par des personnes qu’on ne connaissait pas, ça permet un rapprochement entre les gens et ça favorise l’humain.

Vous parlez de la monnaie libre autour de vous ? Comment ?

Lionel : la monnaie libre facilite les échanges locaux, sans relation avec l’€, c’est beaucoup moins tendu, on a plus de facilités. On peut se libérer des chaînes que provoque la monnaie non libre, éviter le martèlement commercial de la télé.

Mireille : on dit que ce n’est pas du tout une secte, car parfois c’est la crainte. On dit que c’est des gens comme M. Toulmonde, que c’est très ouvert, que c’est un échange au sein d’une Toile de Confiance et qu’on peut vendre et acheter sans euro. On peut faire des connaissances qu’on ne fait pas habituellement, des gens très simples, très accueillants, qui rendent service.

On joint l’utile à l’agréable. Les gens informés peuvent prendre conscience qu’on ne perd rien par rapport à l’euro et qu’on peut vivre autrement, en étant libres. Ça nous déplace du monde économique, il y a moins de stress.

Quel avenir pour la monnaie libre ?

Mireille : dans un avenir proche, plus de solidarité et de contacts humains. Ça rapproche les gens, il y aura plus d’aide, différente. Les 2 jours à Douarnenez, j’ai vu des relations différentes, comme quand j’ai fait des échanges : les gens ne sont pas focalisés sur l’argent, il y a beaucoup d’aide et une aspiration à la tranquillité, à la nature, à une vie simple.

Lionel : ça va rapprocher les gens, remettre l’humain au centre des échanges ; plus de communication et d’échanges, ça ne peut qu’améliorer la société.

Ça peut vous aider à réaliser un rêve ?

Lionel : on a vu des gîtes à louer en Ğ1, ça peut favoriser les voyages.

Mireille : je rêve d’un grand village, de grands villages (ou la France, le monde) où on pourrait vivre en harmonie entre nous et avec la nature.

Tu aurais envie de développer la monnaie avec l’association Le Sou ?

Mireille : oui si je trouve des personnes intéressées. Surtout pour aider les gens. Faire connaître la monnaie et une autre conception de la vie, qui n’est pas que du commercial, de la réglementation, du « c’est comme ça et pas autrement » : c’est plus libre. Confiance et liberté !

Lionel : oui, je serais partant pour m’impliquer dans l’association.

Articles similaires

1 Commentaire

  1. Ping : Grâce à Mireille & Lionel, la monnaie libre arrive à Méral ! - Orne Monnaie Libre

Laisser un commentaire